Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • : Ahl As-Sunnah wa-l-Jamâ’ah ne délaisse pas la Sunna pour comprendre le Coran
  • Contact

Compteur

Compteur Global

Recherche

Catégories

Liens

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 11:04

the_sound_by_ivan_bliznak.jpgQuestion :

 

Quel est le verdict de l’épouse qui lève la voix sur son mari à propos des affaires de la vie conjugale ?

 

Réponse de Sheikh Mohammad Ibn Salih Al-‘Outheymine (Rahimahoullah) :

 

Nous disons à cette épouse que le fait d’élever sa voix sur son mari fait partie du mauvais comportement, car le mari est celui qui a l’autorité sur elle et qui est responsable d’elle.

 

Il est donc obligatoire pour elle de le respecter et de lui parler avec une bonne manière.

 

Car cela fera durer leur relation et fera en sorte que l’affection dure entre eux.

 

De même que le mari doit aussi agir correctement envers elle.

 

La vie de couple est une relation d’échange réciproque.

 

Allah dit :

 

(Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien.) An-Nissa : 19.

 

Mon conseil pour cette épouse est donc qu’elle craigne Allah en elle-même et dans sa manière d’agir envers son mari.

 

Et qu’elle n’élève pas sa voix sur lui, en particulier si lui de son côté lui parle avec douceur et en baisant la voix.


السؤال: ما حكم الزوجة التي ترفع صوتها على الزوج في أمور حياتهم الزوجية؟ 

الجواب : : نقول لهذه الزوجة أن رفع صوتها على زوجها من سؤ الأدب وذلك لأن الزوج هو القوام عليها وهو الراعي لها فينبغي أن تحترمه وأن تخاطبه بالأدب لأن ذلك . . . 

أحرى أن يؤدم بينهما وأن تبقى الألفة بينهما كما إن الزوج أيضاً يعاشرها كذلك فالعشرة متبادلة قال الله تبارك وتعالى (وعاشروهن بالمعروف فإن كرهتموهن فعسى أن تكرهوا شيئا ويجعل الله فيه خيراً كثيرا). 

فنصيحتي لهذه الزوجة أن تتقي الله عز وجل في نفسها وزوجها وأن لا ترفع صوتها عليه لا سيما إذا كان هو يخاطبها بهدوء وخفض الصوت. 

 

icone_audio.gif Ecouter le Cheikh

 

4.gif

 

Question :

 

Votre éminence, est-il possible de dire une parole pour orienter les femmes qui élèvent la voix sur leur époux et qui prononcent des paroles qui contredisent la révélation et les bonnes manières que le prophète (Sallallahou ‘Alaihi wa Sallam) a enjoint aux époux de respecter ?

 

Quel est le verdict à ce sujet ?

 

En réalité, Ô Sheikh, il y a aussi de nombreuses questions de ce genre…

 

Réponse de Sheikh Salih Al-Fawzan :

 

Oui, Allah (‘Azza wa Jall) a ordonné qu’il y ait entre les époux une bonne entente.

 

La femme doit bien se comporter envers son mari et l’homme doit bien se comporter envers son épouse.

 

Il est obligatoire à tous les deux de remplir son obligation envers l’autre.

 

Et la femme qui élève sa voix sur son mari, alors celle-ci a un mauvais comportement.

 

Et cela fait partie des principes de désaccord (An-Noushouz).

 

L’époux doit donc lui donner la Nasihah et lui faire peur d’Allah (‘Azza wa Jall).

 

Si celle-ci ne met pas l’ordre en application, il doit donc remédier à cette situation en s’écartant de celle-ci, en la frappant légèrement, comme Allah le mentionne (1).

 

Na’am.

 

حفظك الله ، هذا سائل يقول : صاحب المعالي هل من كلمة توجيهية للنساء اللاتي يرفعن أصواتهن على أزواجهن ، والتلفظ بألفاظ تخالف الشرع والآداب التي وصى بها النبي صلى الله عليه وسلم بين الزوجين ، وما حكم ذلك ؟ حقيقة يا شيخ أيضا جاءت أسئلة كثيرة في هذا الباب ..

العلامة صالح الفوزان حفظه الله :

نعم ، الله جل وعلا أمر بحسن العشرة بين الزوجين المرأة تعاشر زوجها بالمعروف ، والرجل يعاشر زوجته بالمعروف بأن يبذل كل منهما ما يجب عليه نحو الآخر هذا هو الواجب ، والمرأة التي ترفع صوتها على الزوج فهذه سيئة أدب ، وهذه مبادئ النشوز فعليه أنه ينصحها يخوفها بالله عز وجل ، فإذا لم تمثل يعالجها بالهجر بالضرب اليسير كما ذكر الله عز وجل . نعم . 

 

(1) Le Sheikh fait allusion au verset 34 de Sourat An-Nissa, Allah dit :

 

(Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !)

 

icone_audio.gif Ecouter le Cheikh

 

Traduit par Abou Hammaad Sulaiman Al-Hayiti

Mercredi le 25 janvier 2012, Montréal, Québec, Canada.
 
copié de salafisdemontreal.com
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine
Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 23:23

morning colours by iheartcoloursLa musulmane tient constamment à ce que son corps soit sain, solide et énergique, loin de l'obésité et du ramollissement des muscles.

 

Pour atteindre cet objectif, elle s'abstient de manger avec avidité ou intempérance, et doit se contenter de consommer ce qui lui permet de conserver la santé, l'énergie et l'aptitude physique de son corps.

 

En suivant ce régime, elle applique les directives de l'islam qui recommande la modération en matière de nourriture et de boisson.

 

Allah ‘azawjel dit :

 

« ..... Et mangez et buvez, mais n'outrepassez pas les justes limites car Allah n'aime pas ceux qui les outrepassent. » S.7 v.31.

 

Le Messager d'Allah a dit :

 

« le pire récipient que l'homme puisse remplir est son estomac.

Si toutefois, il éprouve le besoin de le faire, qu'il consacre un tiers pour la nourriture, un tiers pour l'eau et un tiers pour sa respiration. »

Rapporté par At Tirmidhi dans al Jami' as-sahih.

 

On rapporte à ce même sujet que ‘Umar ibn Al Khattab a dit :

 

« gardez vous de remplir le ventre en mangeant ou en buvant !

Cela corrompt le corps, cause les maladies et entraine la paresse quant à l'accomplissement de la prière.

Tachez plutôt de manger et de boire avec modération ; cela est bénéfique pour le corps et loin de l'excès.

Certes, Allah n'aime pas trop l'obèse ventru car l'homme ne sombre dans la perdition que lorsqu'il s'occupe des ses concupiscences au détriment de sa religion. »

 

Il est évident qu'une musulmane s'abstienne de consommer tout produit narcotique illicite.

 

Mais pour mieux entretenir sa bonne santé, elle évite même l'accoutumance aux excitants.

 

Elle évite aussi un bon nombre de mauvaises habitudes propres aux sociétés non musulmanes et qui ont, hélas, envahi notre société, et dont notamment les veillées insignifiantes que certains occupent par la distraction et le passe-temps.

 

Elle s'endort tôt pour se lever tôt et entreprendre ses activités quotidiennes.

 

En s'astreignant à ce régime sain et naturel, elle se sentira toujours dotée d'énergie, de force et de vivacité.

 

Elle accomplira ses obligations et ses taches ménagères avec spontanéité et efficacité, car aucune mauvaise habitude n'aura exténué ses forces ou diminué son énergie.

 

Elle sait que le Prophète a indiqué qu'un croyant fort est meilleur et plus aimé d'Allah qu'un croyant faible ; d'où sa persévérance à suivre un mode de vie salubre.

 

Retranscription du chapitre 2 du livre « la personnalite de la musulmane » de al hachimi. par Oum Maryam wa AbdAllah.

copié de naturelletoutsimplement.eklablog.com

      Dr. Mohammed Ali Al-Hachimi

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 09:14

11 2"L' attitude des compagnons est étonnante :

 

ils ont supporté les maladies, 

la faim, 

les difficultés, 

l'éloignement de la patrie et des proches, 

la confrontation armée contre les mécréants et autres obstacles, 

 

en ne recherchant par là que la récompense et la faveur (d' Allah) ainsi que le Paradis. 

 

Quand à nous...

 

Nous ne pouvons que nous plaindre à Allah de la situation que nous vivons : 

 

Se préparer sérieusement pour l' au-delà est une caractéristique rare chez beaucoup d'hommes, et que dire des femmes !

 

Hormis ceux et celles qu' Allah a épargnés par Sa miséricorde, car il est certes Puissant et Très Miséricordieux."

 

Extrait du livre Conseils aux femmes musulmanes, page 24 , de Umm AbdillahAl wadi'iyya

copié darwa.com

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 21:13

world_in_my_hands_by_werol.jpgQuestion :

 

Juste après un rapport avec mon époux (état de janaba), je me rend compte que j’ai le sang de mes règles.

Est- ce que je dois faire 2 ghusl à la fin de mes règles : 1 lavage pour ma janaba non purifiée et 1 lavage pour la fin de mes règles ?

Ou alors est-ce que le seul ghusl de la fin de mes règles suffit pour que je retrouve ma pureté ?

 

Jazakoum Llahou khairèn jidèn pour m’aider dans mes recherches

 

Réponse :

 

 Déjà il faut apprendre à nos sœurs ou leur rappeler –incha Allah- que si l’une d’entre elles a ses menstrues juste après un rapport sexuelle avec son mari alors qu’elle n’a toujours pas fait sa grande ablution , il ne lui sera pas utile et même pas légiféré pour la plupart des savants de la Sunna de le faire ! car ce ghoussl ( grande ablution ) de djanâbah ne lui servira à rien tant qu’elle est en état de menstrues .

 

Ceci a été mentionner par el Hafidh an_Nawawî ( Rahimahou Allah ) dans son livre « el Madjmoù3 » et aussi dans le livre de l’imâm Ibn Quoudâma « el Moughnî » et il a rapporter la parole de l’imâm Ahmed concernant ceci…

 

 Sinon pour ce qui concerne la question de notre sœur , il y a une divergence entres les savants de la Sunna sur ce point . 

 

La majorité des savants disent que un seul ghousl en regroupant deux intentions sera suffisant incha Allah, et ils s’appuient sur le hadith du Messager ( prière et Paix sur Lui ) qui dit :

 وإنما لكل امرئ ما نوى

 ( Traduction ) :

"et à chacun selon son intention. "

 

Que ça soit une femme qui regroupe le ghousl de la janâbah et des menstrues, ou l’homme qui regroupe le ghousl de la janâba et de la prière du DJoumou3ah ( Vendredi ).

 

Ceci est l’avis de la majorité des savants du fiqhi et hadith wa Llahou A3lam…

 

 Et une autre partie de savants du hadith disent que ceci est faux ! et que la personne doit faire un ghousl pour chaque adoration ou pour chaque cause sur laquelle il est imposé de faire le ghousl !

 

L’imâm Cheikh el Albânî (Rahimahou Allah ) a répliquer à Sayyd Sâbiqu ( Rahimahou Allah ) dans son livre « Tamâm el Minnah » en disant : 

 

قوله : يجزئ غسل واحد عن حيض وجنابة أو عن جمعة وعيد أو عن جنابة وجمعة إذا نوى الكل 

لقول رسول الله صلى الله عليه وسلم: "وإنما لكل امرئ ما نوى" ". قلت : " الذي يتبين لي أنه لا يجزىء ذلك بل لا بد من الغسل لكل ما يجب الغسل له غسلا على حدة ,فيغتسل للحيض غسلا وللجنابة غسلا آخر أو للجنابة غسلا وللجمعة غسلا آخر ,لأن هذه الأغسال قد قام الدليل على وجوب كل واحد منها على انفراده فلا يجوز توحيدها في عمل واحد ,ألا ترى أنه لو كان عليه قضاء شهر رمضان أنه لا يجوز له أن ينوي قضاءه مع صيامه لشهر رمضان أداء ,وهكذا يقال في الصلاة ونحوها , والتفريق بين هذه العبادات وبين الغسل لا دليل عليه ومن ادعاه فليتفضل بالبيان. واستدلال المصنف بقوله صلى الله عليه وسلم: "وإنما لكل امرئ ما نوى" لا وجه له ههنا وليس له العموم الذي نزع إليه المصنف .إذ المعنى: له ما نوى من النية الصالحة أو الفاسدة في العمل المشروع بمعنى أن العمل المشروع لا يكون مقبولا عند الله إلا إذا كانت النية فيه صالحة بخلاف ما إذا كانت النية فاسدة. مثل أن يقصد به غير وجه الله تعالى فحينئذ لا يقبل عمله ويدلك على أن هذا هو المراد من الحديث تمامه وهو "إنما الأعمال بالنيات وإنما لكل امرئ ما نوى فمن كانت هجرته إلى الله ورسوله فهجرته إلى الله ورسوله -وهذه هي النية الصالحة - ومن كانت هجرته إلى دنيا يصيبها أو امرأة ينكحها -وهذه هي النية الفاسدة - فهجرته إلى ما هاجر إليه"

 

Traduction ( je traduis l’essentiel ):

 

Sa parole : Un seul ghousl (grande ablution ) avec l’intention ( du ghousl ) pour les menstrues et la djanâbah , ou pour la prière du Vendredi et celle de l’Aïd , ou pour la djanâbah et la prière du Vendredi est suffisant , selon la parole du Messager d’Allah ( prière et Paix sur Lui)

« … et à chacun selon son intention. »

Je dis ( en réponse à ceci ) :

Ce qui s’est éclaircit pour moi , c’est que ceci n’est pas suffisant et qu’il faut à tout pris faire un ghousl pour chaque fait sur lequel s’impose un ghousl.

Une douche doit se faire pour les menstrues et une autre douche pour la djanâbah , ou une douche pour la djanâbah et pour (la prière) du Vendredi une autre douche !

Car ces grandes ablutions ont été obliger de les appliquer avec des arguments qui prouvent qu’il faut les faire séparément …. 

 

Ensuite Cheikh ( Rahimahou Allah ) a expliquer que l'argument sur lequel se sert les autres savants pour autorisé ceci, n'était pas une preuve pour ce sujet et qu'on ne pouver pas l'interpréter de cette façon ! 

 

Et Cheikh ( Rahimahou Allah ) a aussi rapporter ( dans le même livre je crois ou dans un autre livre ..) une parole d'un Compagnon ( qu'Allah soit satisfait de lui ) qui avait ordonner à son fils ( un Tâbi3î " Rahimahou Allah) de faire deux grandes ablutions " pour la djanâbah et la prière du Vendredi " séparément avec une intention à chacun de ces ghousl....Wa Llahou A3lam....

 

copié de france-salafi.fr

Farîd el Makky

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 19:25

amethyst nostalgia by shadowinlight-d473or8Question :

 

Une femme demande.

Elle souhaiterait un conseil destiné aux soeurs qui prêchent afin qu'elles puissent orienter leurs soeurs !

 

Réponse de Sheykh Sâlih Al-Fawzân (Hafidhahoullah) :

 

Il est obligatoire pour la femme de craindre Allah -'Azza wa Jall et qu'elle apprenne avant d'enseigner car la personne qui prêche sans science peut rendre licite ce qui est interdit et rendre illicite ce qui est licite ou croire que la vérité est le faux et que le faux est la vérité à cause de son ignorance.

 

Il est obligatoire aux hommes et aux femmes d'apprendre avant d'inviter à Allah.

 

Allah Ta'âlâ dit :

"Dis: «Voici ma voie, j’appelle les gens à [la religion] d’Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente" [Sourate Youssouf, verset 108]

 

"nous basant sur une preuve évidente" signifie : avec science

 

Et Allah Jall wa 'Alâ dit : *

"Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon." [Sourate An-Nahl, verset 125]

 

Source: Masouliya Al-'Ulamâh wa Ad-Dou'at, page 32

copié de sounnah-publication.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 20:40

gender_equality_by_meppol.jpgLa question :

 

Mon mari n’estime pas la responsabilité de la vie conjugale.

Il néglige ses enfants et manque aux dépenses ; plutôt il ne fait quasiment de dépenses.

Il passe tout son temps aux cafétérias où il s’adonne aux jeux de hasard et autre jusqu’à minuit.

Il est indifférent à mon égard en tant que conjointe et mère de ses enfants.

Je n’ai trouvé de moyen pour faire face à cela que de me refuser à lui ; alors, moi je dors sur le sol et lui dans le lit.

Après un quart de siècle, je ne supporte plus de vivre avec lui.

Prière de me donner un conseil qui remontera mon moral.

Et quelle position, selon la charia, dois-je adopter en tant que conjointe ? Et qu’Allah vous rétribue abondamment.

 

La réponse :

 

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Sache que la femme, face à l’époux qui ne subvient pas à ses besoins, ou néglige les dépenses qu’il est sommé d’acquitter selon le Coran, la Sounna et le consensus des savants, c’est-à-dire ne la nourrit pas, ne lui assure pas l’habitat et le traitement ou n’est pas à son service et autre – même si elle est riche – peut agir envers lui de deux manières :

 

Ou elle demande au juge d’imposer au mari la dépense, et le juge la lui impose dès que la validité de la revendication de la femme est confirmée.

 

Ou elle prend de l’argent de son mari ce avec elle subvient à ses besoins et à ceux de ses enfants à juste proportion, si elle peut les estimer, sans pour autant être abusive, et ce, même si le mari ne se rend pas compte de cela ; car elle a le droit à la dépense qui est un devoir du mari.

 

Donc, elle prend son droit si elle est en mesure de le faire ; la preuve établissant cela est ce que les deux imams, Al-Boukhâri et Mouslim, et d’autres ont rapporté par l’intermédiaire de `Â'icha رضي الله عنها qui a dit :

 

« Hind a dit au Messager صلّى الله عليه وسلّم : « Ô Messager d’Allah, Abou Soufyâne est un homme avare, il nous donne pas à moi et à mes enfants ce qui nous suffit, sauf ce que je lui retire sans qu’il s’en rende compte. »

Le Messager صلّى الله عليه وسلّم  répondit : « Prends ce qui te suffit et suffit tes enfants raisonnablement » [1].

 

Néanmoins, il y a lieu de souligner que la femme ne méritera la dépense que si elle ne se refuse pas à son mari, le laissant ainsi se jouir d’elle.

 

Mais, si elle s’y refuse, couche seule et s’éloigne de lui à chaque fois qu’il la demande, elle commet alors un péché.

 

Ceci d’une part, d’autre part, elle ne méritera pas la dépense, car dans ce cas, elle s’y refuse sans raison valable.

 

En effet, le Messager صلّى الله عليه وسلّم épousa `Â'icha رضي الله عنها deux ans avant de consommer le mariage, et n’a pas pris en charge ses dépenses qu’après la consommation du mariage.

 

Cependant, le mari demeure enjoint de subvenir aux dépenses des enfants.

 

Cela dit, il y a lieu de souligner également que ce qu’endure cette femme n’est qu’un échantillon de ce qui se passe dans cette société, où la majeure partie des hommes sont négligents vis-à-vis de leurs devoirs religieux et des tâches qui leur sont assignées.

 

Par ailleurs, les caractères des gens et leurs moralités diffèrent.

 

La femme perspicace et intelligente, dans ce genre de situations, accomplit ses devoirs envers son mari et lui obéit dans le bien, tout en demandant – après avoir sollicité l’aide d’Allah – l’aide de ceux à qui son mari peut écouter, qui pourraient l’influencer parmi ses proches et les hommes de son quartier, afin de le ramener à la droite conduite et de corriger son comportement et [éventuellement] ses déviations.

 

Elle veille aussi à réaliser l’affection, la miséricorde et le bonheur en empruntant la voie de la victoire qui consiste en l’endurance, le pardon et la patience ; ceci est la recommandation du Seigneur سبحانه وتعالىdans le verset suivant :

 

﴿فَاعْفُوا وَاصْفَحُوا حَتَّى يَأْتِيَ اللهُ بِأَمْرِهِ﴾ [البقرة: 109].

 

Le sens du verset :

 

Pardonnez et oubliez jusqu’à ce qu’Allah fasse venir Son commandement.﴿ [Al-Baqara (La Vache) : 109].

 

Allah تعالىdit aussi :

 

﴿ادْفَعْ بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ فَإِذَا الَّذِي بَيْنَكَ وَبَيْنَهُ عَدَاوَةٌ كَأَنَّهُ وَلِيٌّ حَمِيمٌ﴾ [فصّلت: 34].

 

Le sens du verset :

 

Repousse (le mal) par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux.﴿ [Foussilate (Les Versets Détaillés) : 34].

 

Et il dit :

 

﴿وَجَعَلْنَا بَعْضَكُمْ لِبَعْضٍ فِتْنَةً أَتَصْبِرُونَ وَكَانَ رَبُّكَ بَصِيرًا﴾ [الفرقان: 20].

 

Le sens du verset :

 

Et Nous avons fait de certains d’entre vous une épreuve pour les autres -endurerez-vous avec constance? - Et ton Seigneur demeure Clairvoyant.﴿ [Al-Fourqâne (Le Discernement) : 20].

 

Allah تعالى dit :

 

﴿وَلَمَنْ صَبَرَ وَغَفَرَ إِنَّ ذَلِكَ لَمِنْ عَزْمِ الأُمُورِ﴾ [الشورى: 43].

 

Le sens du verset :

 

Et celui qui endure et pardonne, cela en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires.﴿ [Ach-Choûra (La Consultation) : 43].

 

Espérons que l’on trouvera dans ces versets clairs ce qui remontera le moral. La femme en question doit patienter sincèrement pour la cause d’Allah, afin d’être récompensée, comme Allah تعالىle dit :

 

﴿وَالَّذِينَ صَبَرُوا ابْتِغَاءَ وَجْهِ رَبِّهِمْ﴾ [الرعد: 22].

 

Les sens du verset :

 

… et qui endurent dans la recherche de l’agrément d’Allah﴿ [Ar-Ra`d (Le Tonnerre) : 22].

 

Certes, la difficulté est la cause de l’affliction ; la patience fait défaut à chacun des deux ; et les corollaires de l’endurance de la difficulté sont la victoire, le soulagement et l’aisance.

 

Le Messagerصلّى الله عليه وسلّم dit : « …et sache que la victoire accompagne la patience, que le soulagement accompagne l’affliction et qu’après chaque difficulté il y a une aisance » [2].

 

Tout cela fait partie de la grâce d’Allah سبحانه وتعالى qui dit :

 

﴿سَيَجْعَلُ اللَّهُ بَعْدَ عُسْرٍ يُسْرًا﴾ [الطلاق: 07].

 

Le sens du verset :

 

et Allah fera succéder l’aisance à la gêne﴿ [At-Talâq (Le Divorce) : 7].

 

Et il dit :

 

﴿فَإِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرًا. إِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرًا﴾ [الانشراح: 5-6].

 

Le sens du verset :

 

A côté de la difficulté est, certes, une facilité! A côté de la difficulté est, certes, une facilité!﴿ [Ach-Charh (L’Ouverture) : 5-6].

 

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 3 Ramadan 1417 H

 Correspondant au 14 janvier 1997 G

 

[1] Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre des « Dépenses » (hadith 5364), par Mouslim, chapitre des « Jugements » (hadith 4574), par Abou Dâwoûd, chapitre de « La rente » (hadith 3534), par An-Nassâ'i, chapitre des « Jugements » (hadith 5437), par Ibn Mâdjah, chapitre des « Commerces » (hadith 2381) et par Ahmed (hadith 248454), par l’intermédiaire de `Â'icha رضي الله عنها.

[2] Rapporté par Al-Khatîb dans At-Târîkh (10/287), Ad-Daylami (4/11-112), par l’intermédiaire d’Anas Ibn Mâlik رضي الله عنه. Il est aussi rapporté par Ahmad (hadith 2857), par l’intermédiaire d’Ibn `Abbâs رضي الله عنهما. Voir As-Silsila As-Sahîha (hadith 2382)

 

copié de ferkous.com

Cheikh Abou Abdil-Mou'az Mouhammad 'Ali Farkouss

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 21:58

Connected_by_lexxi_raven.jpgUne musulmane ayant connaissance de sa religion sait qu'elle ne doit pas avoir de haine envers les croyants et ne pas rompre avec eux.

 

Les erreurs accidentelles ne sauraient séparer deux croyants qui s'entr'aiment sincèrement pour Allah, car une telle relation est censée être solide et profonde.

 

Le Messager (paix et bénédiction sur lui) a dit :

«Quand deux personnes s'entr'aiment pour Allah Taala ou pour l'islam, la première erreur commise par l'un  à l'encontre de l'autre ne parvient guère à les séparer."

(Bukhari)

 

Il arrive, cependant, qu’une femme succombe à sa faiblesse humaine et se laisse emporter par la colère à l'encontre de sa sœur en religion.

 

Il arrive même que cette colère la pousse à offenser sa soeur, entrainant ainsi la rupture entre les deux.

 

Dans ce cas, elle doit se rappeler que la durée de cette rupture ne doit pas dépasser 3 jours.

 

"Il n'est pas permis à un musulman de rompre avec son frère en religion plus de 3 jours, au point ou quand ils se rencontrent, chacun d'eux se détourne de l'autre.

Le meilleur des deux est celui qui commence par saluer l'autre."

(Bukhari, Muslim)

 

La musulmane doit plutôt manifester son désir de réconciliation en prenant l'initiative de lui adresser ses salutations car elle sait qu'elle aura un grand mérite en agissant de la sorte.

 

Si sa coreligionnaire répond à son salut, elles bénéficieront toutes les deux de la rétribution due à cette réconciliation, sinon, elle se serait acquittée de son devoir et seule l'autre endossera le péché de la rupture.

 

"Il n'est pas permis à une personne de rompre avec un croyant plus de 3 jours.

Une fois ces 3 jours passés, il doit aller à sa rencontre et le saluer. Si celui-ci répond à son salut, ils se partageront la récompense d'Allah.

Si, par contre, l’autre ne répond pas, il  se sera disculpé du péché de la rupture."

(Bukhari)

 

Les conséquences de la rupture en tant que péché s'aggravent en fonction de sa durée.

 

Il dit:

 

«Celui qui rompt avec son frère en religion durant une année sera considéré comme s'il avait fait couler son sang."

(Bukhari)

 

Selon les principes islamiques, la rupture prolongée entre frères n'est pas un péché véniel mais un crime dont l'atrocité et les conséquences sont comparables au meurtre.

 

Le système d'éducation islamique étant basé sur la fraternité et l'amour, il n'admet donc nullement que la vie des croyants soit entachée par la rupture, l'hostilité, ou la haine car ceux sont des attitudes contraires à la foi.

 

"Ne rompez pas les liens, ne vous détournez pas les uns des autres, ne soyez pas envieux, soyez frères, comme Allah vous l'a ordonné."

(Muslim)

 

Dans une autre version:

 

"...Le musulman est le frère du musulman, il ne le lèse point, ne l'abandonne point et ne le méprise point.

C’est là que réside la piété.

Il répéta 3 fois cette phrase en désignant sa poitrine.

La pire méchanceté venant d'une personne est de mépriser son frère musulman."

 

La musulmane ne saurait nourrir une haine à l'encontre de sa sœur en religion ou rompre avec elle.

 

Une musulmane ne s'abaisse jamais à un tel niveau car il n'y a que la femme à la mentalité complexée et à l'esprit rigide qui s'enferme dans ces sentiments vils de haine et de rancune.

 

A ces gens aux cœurs pétrifiés et aux esprits rigides, à ceux qui rompent les liens de fraternité, un sort horrible est réservé dans la vie présente et dans la vie future.

 

Les Textes annoncent qu'ils seront privés du pardon d'Allah et de Sa miséricorde, comme ils ne pourront point accéder au Paradis, à cause de leur comportement.

 

Le prophète (paix sur lui) a dit:

 

«Accordez un délai à ces deux personnes jusqu'à ce qu'ils se réconcilient !

Accordez un délai à ces deux personnes jusqu'à ce qu'ils se réconcilient !

Accordez un délai à ces deux-là jusqu'à ce qu'ils se réconcilient."

(Muslim)

 

Abu Darda (qu'Allah l'agrée) a dit:

«voudriez-vous que je vous indique ce qui a plus de mérite que le Jeune et l'Aumone ?

C'est la réconciliation entre les gens.

Sachez que la haine rase les bonnes actions. "

(Bukhari)

 

Cette maxime mérite d'être méditée par toutes les femmes qui se laissent emporter par les accusations mutuelles et les disputes qui mènent à l'hostilité.

 

icone_audio.gif Ecouter le cours

 

Extrait la personnalité de la musulmane (Al Hachimi), cours audio 26, expliqué par Tchalabi

  Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy

Partager cet article
Repost0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 03:20

Question :


Si la femme utilise du musk, al ‘oud (un parfum à l'odeur très forte) ou des fleurs et que son odeur est manifeste, quel est le jugement de son utilisation, et surtout si elle sort de chez elle ?

Et qu'en est-il du fait de parfumer ses invitées ?

Réponse :

Le fait de sortir pour la femme parfumée au marché, cela est interdit, elle ne doit pas le faire, ni aider les invitées à le faire, mais plutôt les conseiller en leur disant qu'elle veut bien les parfumer mais qu'elles n'ont pas le droit de sortir ainsi. De cette manière elle regroupe le conseil et le fait de délaisser ce qu'Allah a interdit.


Source originale
copié de assounnah.com
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz

Partager cet article
Repost0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 03:19

Question :


Quel est le jugement dans l'Islam sur le fait de porter des talons hauts ?

Réponse :


Le moins que l'on puisse dire c'est que c'est détestable, car premièrement il y a en cela une tromperie car la femme apparait plus grande que ce qu'elle est réellement.

Deuxièmement, la femme risque de tomber avec, et troisièmement cela nuit à la santé comme l'ont dit les médecins.

 

clipart_fleches_0198.pngSource originale

 

 

copié de assounnah.com

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz
Partager cet article
Repost0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 03:17
Question :

Que signifie ce passage d'un hadith prophétique : « dévêtues bien que vêtues » ? (1)
(1) Rapporté par Muslim dans le chapitre du vêtement (n°2128).
 
Réponse :

« Dévêtues bien que vêtues » signifie que ces femmes portent des vêtements mais qui ne les couvrent pas convenablement.

Les savants ont cité de nombreux exemples pour celles qui sont dévêtues bien que vêtues.

C'est l'exemple de celles qui portent un vêtement léger qui laisse transparaître la peau en dessous, ou celles qui portent des vêtements opaques mais courts, ou encore celles dont les vêtements sont tellement serrés et collants au corps qu'on a l'impression qu'elles ne sont pas habillées.

Tous ces exemples sont basés sur le sens propre des mots « vêtues » et « dévêtues ».

Si l'on cherche à présent le sens figuré de ce passage, le mot « vêtues » peut signifier celles qui font semblant d'être chastes et pudiques, et « dévêtues » celles qui cachent leur perversité aux yeux des gens.

Elles sont donc vêtues dans un sens, mais dévêtues, dans un autre.

Fatwa de cheikh Otheimine
Recueil de Cours et Fatwas de la Mosquée Sacrée de la Mecque, vol. 3, page 219.
copié de fatawaislam.com
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn 'Outheymine
Partager cet article
Repost0