Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de abdelrahim.medine.over-blog.com
  • : Ahl As-Sunnah wa-l-Jamâ’ah ne délaisse pas la Sunna pour comprendre le Coran
  • Contact

Compteur

Compteur Global

Recherche

Catégories

Liens

15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 23:40

Sans-titre-1-copie-6.gif Il y a quelques années de cela il fut propagé sur le net une cassette de notre frère Abou Oussâmah – qu'Allah le préserve- dans laquelle il fit une remarque extrêmement judicieuse et importante pour la communauté islamique francophone et autre.

 

Il mit en attention sur le blâme quant aufait d'utiliser le terme "MUSULMAN" pour les adeptes de l'islam.

 

Dans cette cassette il fit remarquer que ce mot est d'origine inconnue car il est connu que la vraie traduction littéraire de "MOUSLIM" est "soumis" et non pas musulman.

 

Après avoir interrogé plusieurs de nos frères de pays mouslims non arabes nous avons constaté que quasiment tous emploient le mot "MOUSLIM" et aussi dans d'autres pays comme aux Etats-Unis, en Hollande, en Allemagne, en Russie (ils disent aussi MUSULMANINE), en Indonésie, en Inde et autres.

 

Apparemment ce terme n'est employé que dans certains pays de mécréance et dans tous les pays francophones et Allah est plus savant.

 

 Nous savons aussi que les mécréants ont tendance à vouloir changer les mots de leur origine comme ils l'ont pour notre prophète Mohammad صاى الله عليه وسلم en disant mahomet, avec Mekkah en disant la Mecque, avec al Madinah en disant Médine et même avec les noms des autres prophètes عليهم السلام.

 

Il est très probable que le mot "MUSULMAN" ait une connotation moqueuse ou dénigrante à notre égard et nous nous complaignons à sa propagation entre nous sans savoir.

 

 

 

N'ayant pas eu connaissance de paroles de gens de science sur le sujet nous avons donc pris l'initiative de le faire de par nous-mêmes en interrogeant le conseiller de confiance Sheikh Yahya al Hajoury qu'Allah le préserve.

 

Nous lui avons questionné sur ce phénomène rapidement mais sans rentrer dans les détails.

 

La question :

 

En France et dans quelques pays de mécréants les mouslims s'interpellent par un mot dont nous ne connaissons pas l'origine, ils disent "MUSULMANS" et ne disent pas "MOUSLIMS" comme cela est venu dans le Qor'ane.

Est-ce que cela est permis ?

 

La réponse :

 

Il s'agit là d'un mot non arabe et il incombe au mouslim qu'il apprenne la langue arabe et qu'il délaisse ces termes.

 

Tu lui apprends en lui disant: "C'est un mouslim".

 

Qu'ils emploient les termes arabes.

 

Nous lui dîmes :

 

Est-ce que cela est illicite ?

 

Il répondit : 

 

Non mais il est préférable de délaisser cela.

 

Fin de citation.

 

 

 

Nous avons après cela interrogé Sheikh Mohammad ibn Hizam en approfondissant un peu plus.

 

La question :

 

En France les mouslims se font nommer par un nom autre que "Mouslim" et ce mot n'est pas la traduction authentique littéraire française.

 

Ils disent  "MUSULMAN" et ce terme n'est employé que pour eux et on ne connait pas sa véritable provenance et nous savons que les mécréants [i] changent les noms de leur origine.

 

Le plus surprenant c'est que le nom de la religion est resté tel quel "Islam" mais ils ont changé le nom de l'adepte.

 

(Le sheikh rigola légèrement du mot car il n'est évident à prononcer en arabe.)

Puis nous lui citâmes en exemple le nom des villes arabes ou des Prophètes.

 

Il répondit :

 

Ils se font tous appelés comme ça ? Tous ceux qui sont en France ?

 

Nous lui dîmes :

 

Oui !

Entre eux et même par les mécréants, ils sont connus par ce mot. 

 

Il dit : 

 

Il ne faut pas changer les termes spécifiques de leur origine, cela n'est pas permis en islam, il ne faut pas changer les terminologies. 

Il faut délaisser cela (ou des paroles dans ce sens).

 

 

 

Nous avions déjà auparavant interrogé sheikh Abou 'Amr al Hajoury- qu'Allah le préserve- et sheikh Jamil – qu'Allah le préserve- sur le même sujet de façon similaire.

 

Sheikh Abou 'Amr dit qu'il incombait au mouslim d'employer tout ce qu'il pouvait comme termes arabes qu'il connaissait pour se différencier des mécréants.

 

Il a dit qu'il fallait dire "Mouslim".

 

 

 

Sheikh Jamil donna la même réponse en s'appuyant de la parole d'Allah :

 

هُوَ سَمَّاكُمُ الْمُسْلِمِينَ مِنْ قَبْلُ

Trr : {Il vous a déjà auparavant nommé "les mouslims".} (Le Hajj v78).

 

Il dit que c'est comme ça qu'Allah nous a appelés donc on doit s'y tenir.

 

A savoir que dans le verset, l'avis le plus authentique est que le sujet "il" revient à Allah et non à Ibrahim عليه السلام.

 

 

 

Tous ces avis sont aussi appuyés par la langue arabe.

 

Le nom de la religion est resté sur son origine ISLAM qui est le masdar du verbe ASLAMA.

 

أَسلَمَ - يُسلِمُ - إسلاماً

 

Le mot mouslim est son ism fâ'il , c'est-à-dire le mot qualifiant celui qui commet l'action :

 

مُسلِم

 

Nous n'avons pas entendu que l'islam fut appelé "musulmanité" ou le "musulmanisme" donc le nom de son adepte doit rester sur son origine, alors à nous de dire Mouslim.

 

D'ailleurs à la base ne mettons nous pas cette règle en pratique avec les membres du groupe sauvé ou des groupes déviés de l'islam ?

 

Ne disons nous pas : salafy, sounny, soufy, takfiry, tablighy, ikhwany, hizby, râfidy et autres ?

 

Alors à nous de faire un effort, il n'y a rien de difficile en cela et d'autant plus  qu'il est plus facile, plus rapide et plus agréable à prononcer et il peut nous apporter des hassanates très facilement si on y met une bonne intention.

 

A savoir qu'il y aura toujours des contestataires en toutes choses.  

 

 و الله أعلم

الحمد لله رب العالمين

 

[i]   : Nous gardons volontairement le mot mécréant traduit en français, dont la traduction est authentique, plutôt que "kâfir" car cela les affecte et les offense plus vu qu'ils ne comprennent pas l'arabe et ne se sentiraient pas visés par "kâfir".

Sheikh Yahya- qu'Allah le préserve- dit qu'il ne fallait pas dire "les non mouslims" (non musulmans) car cette expression ne vient que de ceux qui veulent les caresser dans le sens du poil et des laxistes qui craignent de les blesser.

Et au fur et à mesure nous tenterons d'employer plus de mots arabes afin de familiariser les non arabophones avec cette langue qui est celle de la révélation, celle de l'islam.

Partager cet article
Repost0

commentaires